La valse des émotions

Les émotions, ces manifestations de notre état, sont souvent mal aimées. Et pourtant, elles ont leur utilité, dans la vie de tous les jours, et bien sûr lors d’un coaching.

On entend parfois des adultes dire à un enfant :
– Ne pleure pas, ça n’est rien voyons !
– Ne sois pas triste, tu reverras ta maman ce soir !
– N’aies pas peur, tu ne crains rien ici !
– Calme-toi ! ça n’est pas bien de se mettre en colère comme ça !
– Ne ries pas si fort, tu vois bien que tu déranges ce monsieur !

Et puis, devenu adulte, on va dire :
– Mais pourquoi tu ne m’as pas dit que ça n’allait pas ?
– Et bien je n’ai pas l’impression que mon cadeau te fasse tellement plaisir !
– De toute façon cet homme là a un cœur de pierre, il ne pleure jamais…
– Tant qu’elle gardera sa colère pour elle, elle n’ira pas mieux…

Bref, on claque la porte aux nez des émotions, et on se plaint ensuite que cette même porte soit fermée à double tour..
A l’enfant on demande, plus ou moins souvent, plus ou moins inconsciemment, de réprimer ses émotions.
Il doit rester calme (surtout dans la salle d’attente du médecin !) et ainsi apprendre à vivre en société, et en adopter les codes. Je ne dis pas que ces codes sont mauvais, attention. Nous en avons besoin pour vivre en harmonie, ils sont nécessaires.

Le souci c’est qu’arrivé à l’âge adulte, on se retrouve face à des personnes qui n’osent pas exprimer leurs émotions.

Qui n’osent pas pleurer (du moins devant d’autres personnes : aveu de faiblesse !)
Qui n’osent pas dire qu’elles sont en colère et qu’elles ne sont pas d’accord (ne pas risquer d’être rejetée)
Qui n’osent pas faire des bonds de 12 mètres quand elles arrivent à l’entrée d’un parc d’attraction ( peur du ridicule ?)

Certains sont pétris dans leur peur et n’osent pas agir, quand d’autres foncent et préfèrent ne pas écouter cette peur alors qu’elle peut aussi délivrer des messages utiles et intéressants.

En tout cas l’émotion est bien là, et ne vous en déplaise, elle ne passe pas par votre mental. Elle réagit directement à un stimulus, elle passe par un circuit court, la partie limbique du cerveau. D’ailleurs vous aurez beau essayer de vous contrôler, la peur vous prendra au ventre si vous vous trouvez nez à nez avec tigre ! Et demandez donc à un athlète olympique de ne pas faire des bonds partout alors qu’il vient de remporter un médaille d’or … Vous pouvez essayer de réprimer vos émotions, de les garder au fond de vous, mais vous ne pourrez pas les empêcher d’être là, malgré tout.

Quoiqu’il en soit, l’émotion apporte de l’information, et rien qu’en cela, elle est utile. Elle nous informe sur notre niveau d’énergie, sur ce qui nous fait réagir. Nous pouvons nous en servir ( par exemple courir dans le cas du nez à nez avec le tigre, bien que je ne sois pas sûre que ça soit la réponse adéquat !)

En coaching, l’émotion a toute sa place.

C’est une matière précieuse, un mine d’or à explorer pour le coach. Vous êtes plus qu’autorisé à la laisser venir et a l’exprimer pleinement. ça tombe bien car ici pas de jugement. Vous n’entendrez pas non plus des phrases du type :

– Ne pleurez pas, c’est pas grave !
– Ne vous mettez donc pas en colère comme ça !
– N’ayez pas peur, ça va bien se passer, j’en suis sûre !

Bien au contraire. Nous allons l’accueillir ensemble, lui donner toute sa place, et nous interroger sur ce qu’elle vous apporte.

Et si vous riez… Il y a fort a parier que je vais rire avec vous ( ne jamais se priver d’une bonne tranche !).

Quant’ aux enfants, même s’il faut leur apprendre à « bien se tenir », je vous invite à laisser une place à cette émotion. Laissez leur l’exprimer, comprendre pourquoi elle est là, à ce moment précis.

Je m’appelle Sophie, je suis coach de vie. Je peux vous aider à avancer, à y voir plus clair, à redéfinir vos priorités pour une vie plus harmonieuse. Si vous voulez en savoir plus sur le coaching, vous pouvez consulter mon site ou me joindre directement.

 

 

 

 

Add A Comment